Et maintenant ?

Depuis le début de l’été, mes écrits se sont concentrés sur mon aventure en Équateur. Depuis quelques semaines, je voyais la fin de ma série sur mon stage arrivée. Plus les jours s’écoulaient, plus je me demandais qu’est-ce que j’allais bien pouvoir parler qui ferait honneur à ça. Et puis je me suis demandé pourquoi je fais ce blogue et la réponse que je me suis faite ressemblait un peu à cela : pour mon plaisir.

Même si j’écris pour vous, j’écris surtout pour moi (désolé!). Depuis toujours, la passion des mots m’anime, en particulier quand j’écris sur ce que j’aime, ce qui me passionne. J’aime la cuisine, alors vous verrez probablement quelques recettes passer par ce blogue. J’aime bien parler de beauté (et ça, je l’assume depuis peu) alors j’en parlerai probablement. Je suis fière de ce que ma famille et mes amis réalisent, j’écrirai probablement sur ce sujet. Bref, ce que j’écris ici, ce sont des sujets qui me ramènent dans mon enfance, me rendent fière, m’émerveillent ou me plaisent tout simplement. Tout compte fait, j’ai encore beaucoup à écrire avant de manquer d’inspiration.

Mais une chose est certaine, j’ai plusieurs autres projets intéressants. Par exemple, je ne vous ai pas dit encore, mais je retourne en Amérique latine cet été. Eh oui! Je serai accompagnatrice pour le groupe qui se rendra à Caluqui, en Équateur, en mai 2015. Dire que je pensais que jamais je ne pourrais me qualifier pour l’emploi et pourtant, je suis là. Encore une preuve qu’il faut toujours essayer dans la vie, que ce n’est pas en se disant que « ’ j’aurais probablement réussi si j’avais essayé »’. Je ne vivrai pas ma vie avec des regrets, et voilà où ça me mène, à réaliser mes rêves. Donc, comme je disais, je retourne en Équateur cet été. Je ne sais pas quelle forme prendra mon récit d’aventures, mais je devrais trouver quelque chose de créatif et d’unique. Seulement le fait que je le vivrai sous un tout autre angle en tant qu’accompagnatrice. L’excitation est grande, sachez-le!

Mais encore, d’autres projets prennent forme dans mon esprit qui se dévoilera à vous bientôt. Un indice, ce sera à l’étranger!

Sur ce, mes chers amis, on se donne rendez-vous dimanche prochain, comme à l’habitude.

Publicités

Équateur 2014 : Retour de voyage et retour sur moi-même

17 JUIN – JOUR DE RETOUR

Nous avons maintenant quitté l’Équateur. Nous devions prendre l’avion à 23h00, mais nous sommes partis à 1h00. Arrivée à Atlanta, nous apprenons que notre avion sera retardé. Rendu à ce point dans le voyage, dans un aéroport aux États-Unis, j’ai vraiment hâte de retrouver mon lit.

Par contre, je me sens déprimée. Pas simplement parce que l’expérience est terminée, mais parce que j’avais encore beaucoup à vivre. J’ai l’impression qu’il me faudrait encore des mois pour vraiment retirer tout ce que je devrais de cette aventure. Une chose est certaine, je me suis fait de bons amis. Ariane, Ève, Laurie, Xavier, et plus encore. J’ai appris à connaître des gens plus merveilleux les uns que les autres. J’ai une chance inouïe d’avoir partagé cela avec eux.  Je n’ai pas envie que notre gang se sépare, que nos soirées cartes et jasettes soient terminées… même si je sais que c’est déjà le cas. Je pense qu’au fond, j’ai peur que les gens oublient ce que l’on a vécu. Pas notre expérience là-bas, mais ce qu’on a vécu entre nous. Bref, écrire cela me donne envie de pleurer. J’ai le cœur gros j’oserais dire. La vie en Amérique Latine va me manquer. Le temps beaucoup plus au ralenti, mes apprentissages, les gens, les enfants tellement heureux de nous voir… Tout ça n’est plus mon quotidien et ça me brise le cœur.

Je sais que mon intérêt à être accompagnatrice s’est rendu à Steve, le responsable d’AVES, mais je ne sais ni ce que mon accompagnateur dira de moi, ni ce que Steve en pensera. Je ne suis probablement pas qualifiée, n’ayant fait qu’un seul voyage en Amérique latine. Je n’ai pas le meilleur espagnol et j’ai vécu un énorme choc culturel. Je suis jeune, et bref, je ne sais pas. Mais oh là là, j’aimerais tellement ça ! En plus, ça me permettrait de revenir, et ça, je le veux.

Bon, mon humeur ne correspond pas au fait que ce fut la plus belle expérience de ma vie. Je me sens mal d’être déprimée, mais en même temps, je ne comprends pas comment on peut se sentir autrement quand on vient de quitter un endroit aussi merveilleux. Je me sens tout à l’envers.

Je viens aussi d’apprendre que les accompagnateurs voudraient bien que je témoigne de mon expérience en octobre prochain. Avec plaisir!

Cette expérience a aussi réveillée en moi un désir de perfectionner mon espagnol toujours grandissant.  Je vais trouver des séries, des youtuber, des films, des livres en espagnol et je vais m’améliorer. Ça sera beaucoup de travail, mais au moins, j’atteindrai l’un de mes objectifs de vie : être trilingue. En plus que j’aimerais travailler dans un pays latinos ou en Espagne (ou n’importe où dans le monde en fait).  Comme j’aimerais aussi travailler en Angleterre, car l’accent British… wow ! Bon, je pense que je suis un peu exaltée. J’ai déjà envie de repartir et de découvrir le monde. Ça me travaille en-dedans.

Et juste comme ça, il est 1h10 et on n’est pas encore décollés (on était supposés partir à 9h30).

Nous sommes partis, il est 2h00.

Nous sommes en autobus vers Québec et je déprime.

Ceci est ma dernière ligne dans ce merveilleux journal : EUH QU’EST-CE QUE JE FAIS AU QUÉBEC ? RENVOYEZ-MOI LÀ-BAS, SVP ! C’EST LAID ICI, TOUT CE BÉTON. JE VEUX IMBABURA, JE VEUX CALUQUI, JE VEUX MA FAMILLE, JE VEUX ELVIA, JE VEUX… LA LIBERTÉ ET LE SENTIMENT D’EXISTER!

Équateur 2014 : Cotopaxi et Quito

15 juin

Aujourd’hui, nous avons quitté la communauté tôt le matin. Les larmes aux yeux, nous avons fait notre dernier au revoir. Les dernières accolades, les derniers sourires. J’ai eu le cœur brisé, en mille miettes. J’ai pleuré un bon moment dans l’autobus en route, je ne me sentais pas bien. Je ne voulais pas croire que l’on quittait, tout ce que je me répétais, c’était à quel point c’était con que l’on y soit plus !

Par contre, il faut dire que la journée d’aujourd’hui a été haute en émotion. Est-ce que vous connaissez le Cotopaxi ? C’est un volcan. Nous y sommes allés et nous avons eu littéralement les deux pieds dans la neige… en Équateur ! Ce fût assez déroutant. Il ventait fort, et la température : FROIDE! Le plus excitant dans tout ça, c’est que nous sommes montés à 4300m d’altitude et nous en avons redescendu une partie en vélo. Imagine le sentiment de liberté, c’était incroyable ! La vitesse était incroyable. Disons qu’il ne fallait pas tomber, et les paysages nous coupaient le souffle. Le Cotopaxi, c’était magique !

Nous sommes retournés à Quito, à l’hôtel, le même que la première nuit d’ailleurs. Les autres sont sortis souper, mais pas moi et Ariane. Nous sommes restées parler assises par terre. Du stage, mais aussi de nos projets futurs. Un peu plus tard dans la soirée, je n’arrivais pas à dormir, donc je me suis déplacée pour jouer aux cartes avec les gars. Ce fût une belle dernière soirée en Équateur. La dernière nuit en sol d’Amérique Latine.

Oh la la, tout ça, le fait de partir, c’est con !

IMG_0400 IMG_0403 IMG_0389 IMG_0387 IMG_0383

16 juin

Aujourd’hui, nous avons vagabondés dans Quito. Nous l’avions déjà vu, et nous étions fatigués, c’était moins amusant, mais c’est quand même Quito. Bref, ce soir, l’aéroport : BEURK BEURK BEURK !!

10426755_335066573310122_7957191111806696835_n 10428054_10203959404537988_3153414657667379529_n 10509593_10203959425298507_3104794449840481674_n 10511239_10203959419658366_5355309814755126654_n IMG_1399 IMG_1406 IMG_1987 IMG_1991 IMG_2012 IMG_2013 IMG_2019 IMG_2022

Un Automne en Beauté


L’automne, comme je vous l’ai déjà dit auparavant, m’inspire. J’aime ces couleurs foncées et aussi, les nouveaux articles de beauté que je me procure en automne.  Ainsi, j’ai fait quelques achats, mais aussi quelques retrouvrailles pour cet automne. Alors voici les favoris pour la saison :

 DSC_0309
Le mascara de Marcelle Xtension Plus
Crayon l’Oréal Paris Liner 16H Infaillible

DSC_0308Poudre Pressée Quatuor Pâle de Marcelle
Ombre à paupières L’Oréal Paris Sahara Treasure
DSC_0302Rouge à lèvres Xpression Obession de Marcelle
Baume à Lèvres Colour Riche Balm Caring Coral 418 L’Oréal Paris

DSC_0306Vernis à Ongles OPI  Warm & Fozzie, Jade is the new Black and San Tan Tonio

Tellement de belles couleurs et de beauté! J’adore l’automne!

Équateur 2014 : Larmes et fierté

14 juin 2014

OH non ! C’est la dernière journée, C’est vraiment trop triste. J’espère vraiment revenir un jour, car j’Adore l’endroit. J’aurais aimé avoir un niveau d’espagnol plus élevé, car mes chances de devenir une accompagnatrice aurait au moins existées.

Nous avons cuisiné la sauce à spaghetti pour que le village puisse y goûter.  Ce fût un bel avant-midi. Nous nous sommes réunis dans la Casa Communal et des jeunes filles du village ont dansé. Plusieurs personnes importantes de la communauté ont fait des discours, il y a eu des cadeaux. Ensuite, nous avons fait des témoignages et les mères aussi. J’ai beaucoup pleuré, je déteste les séparations. Tout était tellement touchant.

J’ai promis à Elvia et à ma famille que j’allais revenir. Probablement avec Charles-Éric. J’aimerais qu’ils le rencontrent. Tout serait tellement plus facile si je pouvais être accompagnatrice. Premièrement parce que ça serait un emploi de rêve et aussi parce que je ferais ce que j’aime.

Je dois préparer mes bagages. Ça ne me dit pas. J’ai tellement aimé mon aventure. Les gens  ici m’ont tellement apportés. J’ai l’impression que le Québec est un autre univers complètement.

C’est l’heure du dodo, dernier dodo. J’ai terminé mes bagages. J’ai joué avec le petit. Il ne  veut pas que je parte, il a même fait la tête ce matin. Il ne voulait plus me parler et ne me regardait plus. J’ai le cœur en miette à l’idée de le laisser. J’ai dessiné avec lui, nous avons fait de la pâte à modeler. Il me disait que j’étais sa ‘’copine’’. C’était comme un petit frère.

Ils vont vraiment me manquer. Je me suis fait de bons amis ici. Gaby, Henryque, Elvia, Marco, Sayri, Andres, Adrian, Brian… tous des personnes exceptionnelles. Ils sont vraiment fantastiques et ils mériteraient d’être connus par tous. Ma mère de famille m’a habillée en habit traditionnel ce matin et je ne me suis jamais senti aussi fière. Les mamans me souriaient et Elvia m’a complimenté. J’étais bien, fière, souriante et heureuse.

Je ne peux point réaliser que c’est terminé. Je veux tout recommencer ou du moins, continuer. Je n’ai pas envie que le tout se termine. JE NE VEUX PAS PARTIR! Sincèrement, je souhaite cette expérience merveilleuse à tout le monde. Je ne peux pas comprendre ceux qui désirent retourner chez eux. Comment peut-on ne pas aimer cette communauté ? J’ai vécu une expérience plus qu’enrichissante ici, pleine de rebondissements.

J’ai appris sur moi-même, mais aussi sur les autres. Une autre culture, des référents différents. Au fond, je suis tombée en amour avec le tourisme communautaire. Je ne pense pas que je peux vraiment rêver d’un autre tourisme, car celui-ci me remplit de positivisme et de plaisir. C’est complet et surtout c’est vrai !

J’ai le cœur brisée, mes pages sont parsemées de larmes. J’ai grandi ici et j’espère que quand je transcrirai le tout sur mon blogue, je toucherai quelques personnes et que je transmettrai le désir d’aller voir le monde aux autres. Wow, je suis pleine d’émotions… je n’arrive même plus à écrire. Merci la vie, pour cette opportunité !

IMG_0355IMG_0340IMG_0342IMG_0338IMG_0334IMG_0315IMG_0313IMG_0297