J’ai envie de quelque chose

Je prends une pause, c’est officiel.

Je prends une pause de ce blog, non pas parce que je ne l’aime plus, mais surtout parce que je n’ai rien à dire. Je me sens vide. Vide de mots à vous dire.

Du moins, en français.

Depuis que ma vie est complètement en anglais, c’est dure pour moi d’écrire dans ma langue maternelle. Les mots ne viennent plus à moi dans cette belle langue de Molière, mais bien dans la langue que j’adore de Shakespeare.

Je ne vous oublie pas, comme Céline Dion chante, je vais juste faire un voyage sur mon blog anglo.

Je vous dirais que ce qui m’a gardé ici, c’est le désir de pouvoir offrir la possibilité à mes proches de me lire. En anglais, ils peuvent pas me lire et je voulais offrir cela à ma famille.

Mais au bout du compte, j’ai toujours fait ce blog pour moi et je pense que pour moi signifie en anglais.

 

Faut dire que je rêve d’habiter dans un endroit anglophone, de travailler an anglais, de rêver en anglais. Donc, il me semble logique de me concentrer sur cette langue. Je n’écrirai donc plus sur ce site, mais il sera toujours présent.

 

Petit changement: En décembre, le site redeviendra http://www.carolanevalleeenfrancais.wordpress.com

 

Au plaisir de vous voir sur mon site anglophone http://www.carolanevallee.wordpress.com

 

Publicités

Silencieuse

Silence.

 

 

 

Presque trois mois de silence ici. Une réalité difficile a accepter pour moi, mais pourtant si présente. Il n’y avait rien qui désirait sortir de mon cerveau pour s’étendre sur les pages électroniques de mon Word. J’étais pleines de sujets, mais vide de mot. J’avais le cœur qui débordait d’émotions, mais un blocage des canaux m’empêchait de les faire couler. J’avais les poumons remplis d’idées, mais pas la force de les expier.

J’avais peur.

J’avais peur parce que je ne trouvais ni la force, ni le temps. Je me sentais déborder. J’allais à l’école. J’allais travailler. J’essayais d’étudier. Je procrastinais. Je paniquais. Je paniquais pour tout et rien.

J’avais peur.

Chaque fois qu’une semaine passait, j’avais encore plus peur des jugements liés à mon silence.

J’avais oublié pourquoi j’écris.

J’avais oublié pourquoi j’écris.

J’AVAIS OUBLIÉ POURQUOI J’ÉCRIS !

Pour moi. Pour écrire ce qui ne se parle pas. Pour écrire sur ce que j’ai envie de crier, ou simplement pour écrire sur ce qui m’intéresse. Ces derniers temps, mon écriture était vide, mon contenu inintéressant. Je ne sais pas ce que je faisais, peut-être d’être quelqu’un d’autre. J’ai une passion pour le maquillage, et les trucs beautés. Toutefois, je ne suis pas un guru de la beauté. Je vais continuer à en parler, mais je vais aussi parler de ce qui me touche, de ce qui me fait rire, de ce que j’ai peur.

Je vais aussi parler de mes frustrations, de mes mauvaises expériences (et oui, ça s’en vient dans quelques mois).

Je vais vous parler de tout et de rien.

Mais je vais vous parler, je vais me parler.

Escapade à Montréal

Vendredi dernier, c’était notre anniversaire de couple. Ben oui, quétaine de même nous sommes. On avait envie de faire quelque chose d’un peu différent pour souligner nos 4 ans d’amour : une escapade amoureuse à Montréal. On est donc partit vendredi matin pour une jolie petite aventure.

La première étape de notre voyage se passait au Nouvel Hôtel et Spa. Une après-midi relaxation en bonne et due forme. On a d’abord découvert notre chambre-condo éphémère. Le lit était si grand que nous avons dormi en étoile sans se toucher. C’était super beau et vraiment tranquille comme hôtel. Donc voilà, après avoir découvert notre chambre, nous avons descendu au spa Tais. Petit massage, bains tourbillons et sauna. Bref, un moment pour nous, même si le sauna, c’est beaucoup trop chaud pour nous. Vraiment, l’après-midi a fait un grand bien à notre mental. Le service de l’hôtel est excellent. Seul hic : le chauffage qui partait au 15 minutes toute la nuit, même quand il était fermé. Je me suis même réveillée en sursaut prête à attaquer l’assaillant dans la chambre qui s’est avéré être une foutu machine. À part de ça, la chambre et l’hôtel était top. Nous avons aussi manger au resto de l’hôtel. C’était bon, mais si peu varié. Le déjeuner était beaucoup mieux. Super varié et très bon.

Le samedi était notre grosse journée. On s’est levé le matin et on partait rapidement vers le métro pour se rendre au Biodôme. Je pense que c’était la quatrième ou cinquième fois que j’y vais en 5 ans, et j’y retournerais demain matin. C’est vraiment un endroit magique. C’est beau et ça fait du bien. C’est vrai que c’est nul pour les animaux de pas être en liberté. Quand j’y pense, j’aime moins les trucs de style zoo. C’est pour ça que je pose toujours plein de questions au personnel quant au niveau de stress des animaux et du fonctionnement de l’endroit. On m’a expliqué que le fait que les animaux se reproduisaient était un signe que leur environnement ne les stressait pas. On m’a aussi expliqué que tous les animaux (ou presque) étaient sous anovulant, afin de contrôler la population animale et ainsi, offrir un environnement adéquat aux résidents. Bon, ça n’enlève rien au fait qu’ils sont en cage et non libre dans leur habitat naturel, mais je suis un peu rassurée. Malgré mes sentiments mélangés face aux endroits comme les zoos ou autre, mon expérience a été magique. Je ne peux que m’émerveiller devant les animaux. Les singes, les aras, les poissons, les crocodiles, les oiseaux, les castors, … C’était tout simplement magique.

Toutefois, la magie ne s’arrêtait pas là. Le Planétarium Rio Tinto Alcan était notre prochaine destination et ce fût pour le moins magique. Nous avons assisté à deux représentations dans les sphères. La première portait sur la matière noire de l’univers et tous ces mystères. C’était aussi une belle vulgarisation scientifique de Luc Langevin sur la théorie du Big Bang et son histoire. J’ai vraiment aimé. C’était comme s’immerger dans la peau d’un astronaute ou encore, faire un voyage dans l’univers à la Star Wars. C’était magique. Puis ensuite, ce fût un spectacle sur les aurores boréales. Oh wow ! C’était si relaxant et si magique. Vraiment, une journée merveilleuse et nous étions qu’à la moitié.

On s’est ensuite rendu au café Chat l’Heureux, ou aussi connu sous le nom d’endroit le plus merveilleux du monde pour prendre une boisson et un dessert. Bon, faut dire que j’étais légèrement hystérique et tellement aux anges. C’est vraiment l’endroit le plus relaxant de l’univers. Les chats sont là, ils se promènent, s’étendent. Ils font même des tours. Oui oui, des tours. Vraiment un endroit à découvrir avec de la bonne bouffe en plus.

Nous avons terminé notre samedi en soupant chez un ami. Un délicieux souper. Mon copain est ensuite sorti avec des amis pendant que moi j’étudiais (car oui j’ai pris un peu de retard). Tout le monde dort ce matin, sauf moi. J’écris mon article, je lis et je regarde mes photos. Nous repartons pour Québec dans quelques heures et nous ne sommes pas reposés, mais heureux ça c’est certain !

Un mot de moi pour mon futur employeur ;)

Je désire faire ma vie professionnelle dans le monde anglophone. Malheureusement, même si je fais mes études totalement en anglais, j’ai l’impression que le monde professionnel me considèrera quand même comme n’ayant pas les capacités d’une personne ayant l’anglais comme langue maternelle. C’est d’ailleurs, je pense, le plus grand défaut des études en langues : on a toujours l’étiquette comme quoi on l’a seulement apprise, pas acquise de façon ‘’naturelle’’.

Pourtant, c’est selon moi notre plus grande force : nous avons choisi de l’étudier. J’ai choisi de comprendre et décortiquer la langue anglaise parce qu’elle me passionne, m’interpelle. C’est un avantage, car j’ai du apprendre et comprendre la grammaire et non pas seulement régurgiter ce que j’avais appris de mes parents étant enfant. J’ai dû me questionner, comparer et faire l’acquisition des notions, des expressions et des nuances. J’ai peut-être un accent, mais j’ai l’amour de la langue, l’amour des langues.

J’écris donc ce petit article à tous mes employeurs futurs : l’anglais est ma deuxième langue, mais elle reste une langue que j’aime d’amour et qui me fascine grandement!

J’ose espérer que plus tard, quand il sera temps pour moi de me trouver un emploi, ce ne sera plus un problème et que le monde du travail aura un peu changé. J’ose espérer!

Les Favoris de 2015

2015 a été une année de découvertes. Autant dans le domaine de la beauté, de la culture ou de mon mode de vie. Chaque élément de cette liste a fait en sorte que mon année 2015 a été unique et pleine de rebondissements.

 

Dans la catégorie beauté, ce fut une année importante, car j’ai découvert beaucoup de nouvelles techniques et surtout, un nouvel amour pour le maquillage et les produits de beauté. Mon plus récent achat dans le

5614dba106f5b8f80d2a0aba

Wishes Come True

maquillage qui est aussi mon favori en ce moment et pour 2015 est la palette Wishes Come True  de Sephora. Son prix est plus qu’attrayant et elle est un incontournable en ce temps froid. Des couleurs de bases, un fard à joues rosé et des enlumineurs pour plaire à tout le monde. Mon expérience avec la palette est plus que positive. Les couleurs sont passe-partout et permettent des maquillages discrets ou vraiment uniques et flamboyants. Bref, un très bon achat. Pour ce qui est des produits pour la peau, la crème contour des yeux a été un nouvel ajout à ma collection et une nouvelle découverte. La crème pour les yeux à la gelée royale  Radiance de Burt’s Bees. Mes yeux sont hydratés et réagissent beaucoup mieux au maquillage qu’auparavant. Elle est super douce et on l’effet hydratant ce fait sentir

Radiance_Eye_Cream_CA

Radiance

immédiatement. En fait, je crois que je suis tout simplement tombé en amour avec cette étape de ma routine. Cette année, je me donne comme défi d’en essayer quelques autres et donc, je pourrai avoir une meilleure vision d’ensemble de ce genre de produit. En ce qui a trait au produit capillaire, c’est un combo

CV2

Cynthia la belle brune

qui a gagné mon cœur. Depuis que je travaille chez Lush, j’ai la chance de découvrir des produits merveilleux et d’en découvrir certains que je n’aurais pas essayés sans ce travail. Le shampooing Cynthia la belle brune en est un très bon exemple.

CV

Végétalien

C’est un shampooing à la bière qui nettoie en profondeur et donne une brillance exquise au cheveu. Sa petite odeur de citron me plaît grandement et rend ma douche vivifiante. Je le conseille aux frisés de ce monde! Je l’ai adopté en combo avec Végétalien, un revitalisant qui démêle les cheveux grâce aux algues et du citron pour donner de l’éclat. Bref, un combo citronné parfait pour mes cheveux frisés et épais. Et finalement, pour les produits de bain. Nous restons chez Lush, un leader dans le domaine. J’ai été

CV3

instantanément charmé par la bombe de bain Intergalactique, qui n’est pas seulement qu’une bombe de bain, mais une expérience en soi. Elle est d’un bleu profond et donne vraiment l’impression que ton bain est une galaxie. Le tout brille de mille feux et est d’une extrême beauté. Bref, la photo exprime mon sentiment.

920920_961244717279334_4530068755704252361_o

Mon bain suite à la bombe de bain Interglactique

Mon année n’a pas seulement été surprenante dans l’univers de la beauté, mais aussi dans le domaine de la culture. Les livres, le théâtre, les restaurants, le monde du divertissement font1st_to_Die partie des domaines de la culture que j’adore découvrir et redécouvrir. Dans le domaine du livre, j’ai beaucoup aimé le policier cette année. James Patterson a particulièrement attiré mon attention avec son roman 1st to Die
Une histoire où les personnages principaux sont féminins dans le monde du policier est rafraîchissant. Patterson est un maître du policier que j’aime depuis déjà plusieurs années.Je vous le conseille grandement si vous aimez le type policier. Pour ce qui est du théâtre, 1984 de George Orwell au Trident du Grand Théâtre de Québec m’a tout simplement bluffer. C’était innovant, puissant et créeait 639af23831732d3cec36ca36df86cefd_XLune réfléxion sur notre société. Une très belle expérience de théâtre. Côté cinématographique, Inside Out est venu me chercher grandement. Pour les amoureux des films d’animations, c’est un incontournable. La beauté de ce film est juste incroyable etINSIDE-OUT-18tellement sensible. On s’y retrouve et on s’y voit plus d’une fois ainsi que dans plus d’un personnage. Vraiment, à voir! Pour ce qui est de ma série télé favorite: The Great British Bake Off. Une compétition de boulangerie The_Great_British_Bake_Off_titlebritannique vraiment vraiment intéressante. J’apprends à toute les émissions et je suis toujours inspirée. Les participants sont attachants et les animatrices, encore plus. Sans oublier le fait que leur accent est si charmant. Un très bon choix d’émission de cuisine pour les amoureux des fourneaux. Sur la toile, c’est plutôt une  »Youtuber » qui a attiré mon attention. En fait, j’en fait presque une obsession tellement je l’adore. Elle est tout simplement inspirante à mes yeux et elle me donne le goût de me dépasser ainsi que réaliser mes rêves. Zoella est une guru de la beauté, une passionnée de décorations, une amoureuse de la boulangerie, une lectrice, une bloggeuse, une vloggeuse, une amoureuse des séries télés et une anxieuse qui en parle. C’est d’ailleurs pourquoi je l’aime autant, grâce à cette authenticité et cette proximité qu’elle a avec son audience. Autre que le divertissement et les arts, il y a les restaurants. La Revanche a vraiment été mon coup de coeur de l’année. C’est un endroit magique où l’amour des jeux de société, de la bonne bouffe et de la bonne bière se croise. C’est une expérience en soi, et c’est un  »à-faire » de la ville de Québec. Dans le même sens,  Splendor a été ma découverte de l’année. Un jeux simple à thématique médiévale qui se joue a 4 personnes. Stratégique, mais qui laisse la chance aux nouveaux de dérouter les anciens grâce à l’anti-stratégie. Bref, mon genre de jeux. Bref, plusieurs coups de coeur durant la dernière année.

Et finalement, le ‘’je-me-moi’’ de 2015. Mon meilleur moment de 2015 est très certainement le Marché de Noël allemand. Un endroit purement magique qui nous fait voyager, l’Espace d’un instant, en Allemagne pour découvrir des classiques germaniques hauts en saveur. Par contre, ‘occasion dont je suis la plus fière est la publication de mon premier zine qui regroupe des textes que j’ai écrits depuis quelques années. Ce fut un beau moment pour moi et qui sait, une première étape vers la réalisation de mon plus grand rêve : écrire un livre. Pour finir, la recette de l’année est très certainement le risotto à la courge que j’ai fait plus d’une fois et qui est un favori. Un goût merveilleux et citronné avec la texture d’un risotto, c’est tout simplement parfait.

Bref, mon année a été plus que remarquable et ce fut aussi une année de découverte. Particulièrement en beauté, où j’ai vraiment eu la chance de compléter mon peu de connaissances dans le domaine. Maintenant que 2015 est terminé, je vais compiler de nouveaux favoris pour 2016.

À dimanche prochain!

Rétrospective et Résolutions

 

2015 : Année pleines de chamboulements. J’ai eu des bons coups et des mauvais coups. Je suis à l’université : je classerais cela dans les bons coups. Je suis retournée en Équateur comme accompagnatrice : bons coups. J’ai eu une crise de la vingtaine : mauvais coups. J’ai reçu ma famille pour Noël : bon coups. Bref, j’ai eu des hauts et des bas. Quelques bas que je ne parlerai pas ici parce qu’ils me sont personnels, mais sachez que ce n’est pas toujours tout rose. On s’en sort et on fait du mieux qu’on peut. Je ne suis pas malheureuse, bien au contraire, mais quelques fois j’aimerais pouvoir effacer la peur, la maladie, la tristesse, la haine et toutes ces mauvaises choses de l’univers pour qu’il nous reste l’amour et le bonheur. Ça serait beau n’est-ce pas ?

Pour ce qui est de mes résolutions de 2015, je ne sais pas trop si le bilan est positif sur ce que j’avais prévu, mais il est sur d’autres points. Je m’étais confiée quelques défis. Le premier était de mieux m’organiser. J’ai quand même réussi, mais il me reste encore du travail à faire. Un autre était d’apprendre à étudier. Ça, je n’ai clairement pas réussi. Encore beaucoup de travail à faire. Pour ce qui est de prévoir du temps pour moi, j’ai réussi. Je fais des activités comme la peinture sur céramique et je cuisine pour me faire plaisir (et faire plaisir à mon partenaire). Je n’ai pas lis un livre par mois, mais j’ai lu plusieurs livres dans mon baccalauréat. Je marche plus, mais je ne bouge pas encore assez. Mon amour pour le chocolat n’a pas diminué. J’ai goûté pleins de nouveaux trucs, et essayé d’acheter local ainsi que biologique. En plus de tout cela, j’ai grandi. J’ai grandi de l’intérieur. J’ai jeté des sentiments qui prenaient trop de places pour rien et j’ai fait de la place pour de nouveaux, de plus beaux, de plus satisfaisants. Juste ça, ça reprend tous les manques au niveau de mes résolutions de l’an passé.

2016 : Tout d’abord, je me souhaite une année pleine de bons résultats scolaires, de réussites et de dépassements. Je veux continuer certaines résolutions et en changer d’autres. Alors voilà mes petits défis 2016.

Lire 25 livres dans mon année. C’est un petit chiffre, mais c’est mon petit but. Parler de 10 d’entre eux sur mon blog. Écrire un article par semaine et ne pas oublier. Augmenter graduellement mon activité physique dans une semaine. Manger moins de chocolat et finalement, être moins préoccupée par la vie.

Je pense que ce sont de bons petits défis qui pourront m’aider à atteindre un meilleur moi. Pour ce qui est de vous, chers lecteurs, je vous souhaite une année d’amour, de joie, de santé, de découvertes culturelles, de dépassements personnels, de pardon, d’accueil chaleureux, de tolérance et de positif. Je vous souhaite que 2016 soit une année meilleure que 2015 et qu’elle soit pleines de belles surprises.

Merci de me lire, de m’aider à réaliser ce grand rêve que j’ai de devenir écrivaine ou bloggeuse. Merci, j’en suis extrêmement reconnaissante.

Meilleurs Moments 2015

INVITÉ #2: Vanysav

Salut,

 

moi, c’est Vanessa. J’viens de passer neuf mois à travailler pour le programme Odyssée dans la belle province de Terre-Neuve pis Caro, que j’ai rencontré quelques jours après être revenu, m’a demandé d’écrire à ce sujet là.

 

En fait, c’est un échange qu’on fait Caro et moi. J’ai rencontré Carolane dans le cadre d’un travail d’été, elle était à son 3e été dans cet job là, pis moi ben j’venais de découvrir que c’est le genre de job que j’aime faire. Bref, un mad’nez notre supérieure parlait à Caro de son voyage pis j’étais intrigué, mais je voulais pas avoir l’air tannante. Heureusement pour moi, en tant que collègue de travail de l’an 2015, on s’est tous ajouté sur Facebook la première semaine, pis c’est là que j’ai vu que Caro avait un blog. Pis là j’étais comme woaa, sérieux? Caro a aussi découvert que j’avais un blog pis elle était comme Quoiii?! Bref, quand on s’est croisé dans les escaliers pour aller manger, Caro m’a dit « ça te tente-tu de faire un article sur mon blog » pis moi j’étais comme « mais comment ça marche s’t’affaire là… » Feck c’est comme ça que ça commencé, pis c’est pour ça que j’suis là aujourd’hui.

 

Le programme Odyssée, est un peu en lien avec le programme Explore. C’est pas la même job, ni le même encadrement, mais ils sont sur le même site internet! Quand j’ai postulé pour Odyssée, j’espérais toucher à quelque chose de nouveau, combler du temps, j’étais à la recherche d’une nouvelle expérience de vie, mais je voulais aussi découvrir une nouvelle province.

 

Ch’t’entends te dire « ouashe, Terre-Neuve, parle d’une place à vouloir découvrir », c’est certain que c’était pas mon premier choix, mais c’était quand même dans mon top 3 de province/territoire que j’avais pas encore vu pis que j’avais envie de découvrir.

 

J’suis partie de chez-nous en voiture à la fin août 2014. J’ai un char pis qu’faut ben que ça serve un mad’nez. J’suis partie en plein dans le temps de la canicule, ça m’a pris 4 jours, mais 1 600 km plus loin, j’ai enfin aperçu les côtes terre-neuviennes. Sous un climat typique de là-bas, c’est à dire d’la fine pluie pis du brouillard.

 

J’ai passé neuf mois dans une branche pas mal au sud de Terre-Neuve. Si tu regardes une carte de St-Pierre et Miquelon, j’habitais dans le p’tit bras terre-neuvien juste à côté de ça.

 

J’ai vécu dans deux villes/village différents pis j’ai travaillé dans deux écoles tout aussi différentes. L’expérience Odyssée a été quelque chose qui m’a fait grandir. Ça m’a aussi donné l’occasion de visiter une île intéressante pis pas mal riche culturellement.

 

Terre-Neuve et Labrador, c’est une province isolée, peu peuplée. Environ 500 000 habitants en tout et partout. Ça… c’est à peu près la population de la ville de Québec, répandu sur un territoire de 400 000 km2. C’est aussi la dernière province à avoir joint la constitution canadienne, contrairement au Québec qui était là depuis le début, mettons. Donc, y’a un certain mouvement patriotique là-bas aussi. De nos jours, 40 % de la population terre-neuvienne se retrouve dans la capitale. Bref, toute ça pour dire que quand tu vas à Terre-Neuve, tu vas pas là pour voir du monde!

 

Quand ma lumière à gaz allumait, je priais ben ben fort pour que le prochain village soit à moins de 70 km. Pis encore, faut-il que ledit village en aille une de station-service.

 

Vivre à Terre-Neuve, c’est un peu comme retourner 30 ans en arrière, pour certaines affaires. J’m’explique, là-bas, vu la population, on recycle pas-grand-chose, pour ne pas dire rien-pantoute selon certaines régions. Moi, d’aussi loin que je me souvienne, mes profs m’engueulaient quand je mettais le papier dans la poubelle au lieu du recyclage. Chez-nous, j’ai appris à recycler tout ce que je peux, dans le genre que y’a pas un morceau de papier qui va aller dans la poubelle, pas une boîte de carton qui va y échapper non plus. On fait du compost domestique depuis au moins 6 ans, pis la ville en fait asteur aussi. Toute ça pour dire que notre sac-poubelle se remplit vraiment, mais vraiment pas vite.

 

Ce que j’ai aimé le plus, dans mon petit village terre-neuvien, où y’avait même pas de station-service, c’était le contact avec les gens, la simplicité, la proximité. Vraiment gens, ça manque à nos vies urbaines. Tout le monde savait où j’habitais, tout le monde me connaissait. L’école, multi niveau, était un baume sur mes jours de solitude là-bas. Rien de plus adorable que de voir un enfant dire les expressions des grands Newfs. Yes by !

 

Les Terre-Neuviens sont, en grande majorité, sympathiques. T’sais les jokes de Newfies? Ben, c’est pas qu’ils sont caves, c’est juste qu’ils sont trop bien intentionnés ce monde-là. Ils veulent ton bien, ils veulent t’aider. Ils vont t’inviter à souper avec eux, te montrer leur coin de pays, ils sont fiers de leur culture. Parce que oui, ils ont une culture à eux, pis elle est bien présente. C’est certain que comme dans toutes les autres provinces canadiennes, certaines d’entre eux n’aiment pas les Québécois, mais pour ma part, j’ai été chanceuse et j’en ai pas croisé. Ou plutôt, on a fait en sorte que je n’en croise pas.

 

Durant mes neufs mois, j’ai visité avec des locaux, mais j’ai surtout visité par moi-même. J’ai marché dans des sentiers imaginaires pour rejoindre des tops de montagnes, j’ai mangé la nourriture locale, qui est vraiment grasse mais qui est tellement bonne! J’ai dansé avec des étrangers dans des pubs, j’ai essayé de comprendre leur accent, parfois avec succès, pis d’autre fois j’ai partagé ma culture québécoise parce que c’était ma mission, mais j’ai aussi appris leur culture à eux.

 

Certains paysages sont à couper le souffle, pis pas juste à cause du vent la…

J’ai pu chasser les icebergs avant mon départ, ces vieilles formations de glace avec lesquelles une certaine brasserie a fait une saveur de bière, les Anglais pis leur bière qui goûte l’eau… Mais en bout de ligne, j’ai adoré mon expérience là-bas. Si t’as du temps libre, tu peux venir lire mes expérimentations terre-neuviennes sur mon blog https://vanysav.wordpress.com , je t’avertis par exemple, moi et Caro on a deux style d’écriture quand même différentes, mais t’es le bienvenue pareil !

 

Ok , a+

– Vanessa

Semaine activités de couple

J’ai fait beaucoup de choses cette semaine. En fait, ce fut une semaine occupée, mais surtout divertissante. Une semaine de couple même.

Tout d’abord, j’ai été au spectacle de Jeremy Demay. Gracieuseté de mon amoureux. Très bon spectacle. Personnellement, j’aimais bien son humour à ses débuts. Selon mon humble opinion, il en a perdu un peu au niveau de ses gags. Toutefois, son spectacle est très fort sous plusieurs autres aspects. Premièrement, ils utilisent beaucoup le multimédia et l’éclairage. Son show est super intéressant à ce niveau-là et ça lui permet, selon moi, de rendre son show différent des autres humoristes. Par contre, sa plus grande force reste son lien avec le public. Tout au long du spectacle, il interagit avec nous et il est toujours en train de rapporter les blagues dites avec son public. Il remercie aussi très souvent son public. Il est humble et authentique. Il a plusieurs forces qui rendent son spectacle des plus intéressant, et ce, même pour ceux qui aiment moins son humour. Je pense toutefois que le meilleur moment de la soirée reste son discours de la fin. Cet homme qui a osé écrire sur ses propres démons d’autrefois dans le livre ‘’La Liste’’ (qui est sortie le 5 novembre dernier), vous parle du fond du cœur, avec son cœur et dans le but de vous faire réaliser à quel point la vie mérite d’être vécue. Bref, j’ai aimé son spectacle et j’en suis sortie grandit.

Ma semaine ne s’arrêtait pas là. Le lendemain matin, je me suis réveillée tôt et j’ai cuisiné. Pour vous donner une idée, j’ai commencé à 7h30 et terminé à 18h. Je peux vous dire que j’en ai fait des muffins, des pains et d’autres collations. J’ai fait le plein de bonnes choses. Pour moi, quand je cuisine, c’est comme une mini thérapie. Je force pour pétrir le pain et fait sortir le stress. Je laisse aller ma créativité dans mes muffins. Je relax, je déconnecte et j’arrête de penser. Un beau moment, pour moi de moi. 12214314_10205055659687925_1188884058_o

Mais encore, ma semaine n’est pas finie. Le samedi matin, nous sommes allés chez mes beaux-parents. Ça me fait toujours du bien d’être dans une maison, d’avoir de l’espace et d’être avec la famille. Vraiment, passez du temps en famille c’est le meilleur remède contre le stress. En après-midi, nous sommes allés, moi et mon copain, au Céramique Café sur la rue St-Joseph à Québec. Nous avons fait des sous-verres. J’ai adoré. Encore une fois, j’ai déconnecté. Les activités de création comme celles-ci me font vraiment le plus grand bien. On y a passé une heure trente je crois. Les résultats sont sublimes. On peut voir la personnalité de chacun de nous dans nos créations et c’est cela le plus beaux. Nous allons y retourner pour faire des figurines de Noël et juste à y penser, je suis surexcitée. Ça va être prêt samedi prochain !! Youhou!

12218739_10205055660407943_581256731_o

12227254_10205055659327916_1892967207_o12211090_10205055658967907_905085496_o

Après la céramique, destination le Marinier pour souper. Situé sur la 1ère avenue, ce restaurant de sous-marins à petits prix est le meilleur de Québec. Délicieux. Je ne sais pas s’ils ont un ingrédient secret ou quelque chose, mais leurs sandwichs sont à couper le souffle. Je vous le recommande. Une fois notre bedon plein, nous sommes allés au Centre Vidéotron voir les Remparts contre les Sea Dogs de St-Johns. Sincèrement, ça m’a vraiment fait le plus grand bien. Être dans une aréna m’a ramené à quand j’allais voir mon papa jouer au hockey, ou encore les petits gars de mon âge. Je ne suis pas une sportive, je n’écoute pas le sport à la télévision, mais quand je peux être dans l’action, c’est merveilleux. Ils ont perdu, les Remparts, mais ils n’étaient pas si présents sur la glace, donc l’autre équipe l’a mérité. Ce fut une partie merveilleuse et ça m’a fait le plus grand bien!12227989_10205055660167937_1238503549_o

12227252_10205055660287940_46190665_oTout compte fait, j’ai eu une semaine merveilleuse et j’espère qu’elles le seront toutes! Jusqu’à Noël, j’ai un million de plans et bien du travail à faire : déco, repas, université, travail, ….

Je suis heureuse, comblée et je veux que ça continue !   12214169_10205055659567922_922284337_o

Nouvelle aventure

J’ai un nouvel emploi!

J’ai été engagée chez Lush Place Laurier! Je suis tellement contente. Je vais pouvoir faire la promotion de produits qui sont responsables et qui représentent mes valeurs. En plus de tout ça, je vais le faire avec plein de gens qui sont comme moi. Sans oublier que j’aurai un aperçu des nouveaux produits.

Je vous le dis, probablement que vous verrai plus de produits Lush passer, mais cette fois, j’aurai une description des produits plus authentiques. Je saurai de quoi je parle encore plus qu’avant.

J’ai vraiment hâte de commencer cette nouvelle aventure.

D’ici deux semaines, je serai prête à vous accueillir chez Lush Place Laurier à Québec pour devenir votre conseillère en produits Lush.

Au plaisir de s’y voir!

Manger végé en voyage? par Pauline de Marcovasco Canada

Comment continuer à se nourrir sainement en voyage quand on est végétarien ?

Souvent, vous êtes confronté à des situations qui tendent à bannir quelques-unes de vos convictions, comme c’est pour le cas d’un végétarien en voyage. Il n’est pas facile de tenir ses habitudes alimentaires quand on est au milieu de gens venant des 4 coins de la planète. Comment donc faire ? Comment procéder pour vous nourrir sainement tout au long de votre trajet ainsi que de vos séjours à l’étranger ? Ci-après quelques conseils pour contourner ces obstacles afin de garder votre propre régime au milieu d’un monde nouveau, pas végétarien.

Maîtriser la langue locale de votre destination

La première solution, c’est d’avoir de la motivation, de la volonté et quelques astuces en poches. Une de ces astuces, c’est de savoir la langue du pays de destination. C’est le minimum des choses à adopter. Plus la communication se passe bien, plus vous aurez l’occasion de connaître un peu plus sur ce pays et surtout de faire valoir votre droit en tant que végétarien. En avion, sachez qu’il y a des compagnies aériennes qui proposent des menus végétariens et aussi végétaliens. Vous n’aurez donc aucun mal à trouver une nourriture adaptée à votre mode de vie. Mais une fois sorti de l’avion ou du bateau, vos hôtes s’attendront surement à ce que vous goûtiez à leurs mets traditionnels. Dans certaines régions du monde, il est rare de ne pas trouver de la viande dans la cuisine traditionnelle. A titre d’informations, en Argentine, c’est très difficile car c’est mondialement reconnu comme le pays du steak. En Mongolie aussi, la nourriture est à base de mouton. Vous allez devoir  communiquer avec cette population d’accueil. Commencez donc à apprendre et à mémoriser la traduction des mots utiles dans leur langue comme « végétarien » ou au moins « viande », bref des vocabulaires liés à l’alimentation si vous ne voulez pas avoir une assiette de laitue. Toutefois, une maîtrise parfaite de cette langue locale vous permettra d’être clair sur les choses que vous pouvez manger. Vous pouvez par exemple demander à votre restaurateur de vous préparer des plats spéciaux sans viande. C’est tout à votre droit. Maîtriser la langue locale de votre pays de destination vous permettra de vous ouvrir aux autres afin qu’ils respectent votre propre mode de vie et vous en retour leurs traditions et leurs coutumes.

Sans titre 2

Faire de l’Internet votre allié voyage

Vous pensez peut-être qu’être végétarien en voyage ce n’est pas possible ? Il y a une solution à tout. Avec Internet, notamment des applications voyage pour mobiles comme « Hostel World » ou « Hostel Hostel », vous allez recueillir toutes les informations utiles sur les hôtels et restaurants de nombreuses destinations du monde. Parmi ces informations, vous allez pouvoir connaître à l’avance les plats gastronomiques qu’ils proposent. En faisant d’Internet votre allié voyage, il sera plus facile pour vous de localiser où dans votre destination se trouve l’hôtel qui vous convient. Cherchez des sites spécialement conçus pour les végétariens, comme celui de Happy cow par exemple . Et ce n’est pas tout, vous pouvez même demander et lire les avis des autres végétariens comme vous concernant les hôtels et restaurants où ils se sont rendus. Il vous suffit  de vous inscrire sur les  forums qui traitent du sujet. Le cas échéant, si vous n’arrivez pas à trouver ce qui vous convient, vous pouvez demander à votre restaurateur de vous faire des plats sans viande. Vous pouvez même copier les avis des restaurants végétariens dans le forum et le proposer aux chefs cuisiniers du bistrot de votre pays d’accueil. Vous pouvez également trouver grâce à Internet, des restaurants qui ne sont pas végétariens, mais au moins proposent des selfs services. C’est une option favorable à vous. Internet sera pour vous, non seulement le moyen de vous adresser à des sites spéciaux à votre régime alimentaire, mais également de vous faire de nouveaux amis végétariens comme vous.

Sans titre 5

Savoir cuisiner végétarien

Même si vous n’êtes pas passionné par la cuisine, il est réellement important que vous sachiez cuisiner végétarien afin que vous puissiez préparer votre propre plat une fois confronté à une situation tel que le voyage en terre inconnue.

Le fait de  prendre l’habitude de cuisiner des menus végétariens vous aidera à devenir autonome une fois en voyage. Préparer ses repas soi-même, c’est la meilleure option qui peut s’offrir à un végétarien voyageur.

Vous n’aurez plus de soucis quand vous voyagez n’importe où de par le monde. Il suffit juste que vous passiez par le marché du coin ou dans les les supermarchés locaux pour y recueillir les ingrédients nécessaires pour réussir vos plats. Au moins, votre connaissance en cuisine, ne serait-ce que minimum vous aura servi à quelque chose. De plus, étant végétarien expérimenté en cuisine, vous allez pouvoir apprendre et partager votre savoir-faire à d’autres amis végétariens qui auront certainement besoin de vous.

Si vous ne savez pas cuisiner, emportez au moins quelques choses à grignoter le temps de trouver des hôtels adaptés à votre régime comme des fruits (préférablement secs) ,des biscuits, du pain fraise et quelques olives.

Article proposé par canada.marcovasco.fr