Made them Lions et les 20 ans d’Émily

Le 17 novembre, l’une de mes meilleures amies, Émily Murcia, a eu 20 ans. Bien sûr, nous lui avons souhaité bonne fête avec un câlin et tout. Par contre, ce qu’elle ne se doutait pas, c’est qu’en coulisse se préparait quelque chose de très spécial. Si vous connaissez Émily, vous savez que son groupe de musique préféré, c’est Made Them Lions, ou MTL. Elle vous en parlé plus d’une fois, a fait des kilomètres pour aller les voir. Bref, c’est une fan finie! Elsa, son amie, a eu la merveilleuse idée de lui préparé un surprise party. Croyez-moi, elle était surprise. Pendant deux mois, Elsa a loué une salle et a fait venir son band préféré pour un concert privé afin de fêter Émily.

Le visage qu’elle a fait quand elle est entré dans la salle et nous a tous vu valait au moins un bon million. Tout comme le visage qu’elle a fait quand elle a vu le band. En fait, pendant au moins 10 minutes, elle était sous le choc. Inoubliable comme moment et surtout réussi.

Donc on écoute le band. Ils ont fait deux  »originals » dont un nouveau single, et des covers de Riptide, Stolen dance, Hey ho. Bref, ils m’ont tout simplement charmés. Pas simplement par leur musique, mais aussi  par leur attitude. Car en plus de s’être déplacés spécialement pour Émily, ils sont restés pour fêter avec elle et parler avec nous. Je suis complètement vendu, j’ai acheté leurs albums et ils seront maintenant ma  »playlist » favorite.

Je ne pense pas qu’Émily aurait pus vivre quelque chose d’aussi extraordinaire, car pendant toute la soirée, elle était entourée d’amour, d’amitié et de positif. Émily Murcia, encore une fois, bon 20 ans et MTL, je les adore.

http://www.mtlband.ca   pour les découvrir et acheter leurs cds.

Publicités

Au menu ce dimanche, pain aux bananes un peu spécial.

Bon Dimanche à tous!

Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, j’ai toujours des bananes qui s’accumulent dans mon congélo. Il était donc temps de cuisiner. Bon, il faut se le dire, toutes les occasions sont bonnes pour cuisiner! Donc au menu ce dimanche, un merveilleux pain aux bananes ‘’skinny’’, mais avec des pépites de chocolat (je ne pouvais m’en empêcher).

Le plus important dans tout ça, c’est que c’est excellent !

DSC_0296

Donc en premier lieu, les ingrédients.

3 bananes mûres, en purée
5 oz de yogourt grec léger
1 c. à table de beurre léger
2 blancs d’oeufs
1 1/2 t. de farine de blé entier
1/2 c. à thé de sel
1 c. à thé de levure
1 c. à thé de bicarbonate de soude
1/2 t. de sucre brun
1 c. à thé d’extrait de vanille
1/3 de pépites de chocolat mi-sucré

DSC_0301DSC_0304DSC_0306 DSC_0308DSC_0309DSC_0312 DSC_0313DSC_0321DSC_0328 

1. Préchauffer le four à 330 degrés.
2. Huiler deux moules à pain  et les mettre de côté.
3. Dans un petit bol, écraser les bananes avec une fourchette et les mettre de côté.
4. Dans un grand bol, mélanger le beurre que vous aurez préalablement mis en crème, le yogourt, la vanille et le sucre brun.
5. Ajouter les blancs d’oeufs et les bananes en purée et mélanger au mélangeur électrique à vitesse moyenne 2-3 minutes.
6. Dans un autre bol, ajouter la farine, le sel, la levure et le bicarbonate de soude. Utiliser un fouet et mélanger les ingrédients doucement.
7. Ajouter les ingrédients secs au reste et mélanger ensemble jusqu’à ce que ce soit uniforme.
8. Ajouter les pépites de chocolat.
9. Mettre le mélange dans les moules à pain.
10. Faire cuire dans 30-35 minutes jusqu’à ce qu’un pic ressorte propre.

DSC_0347Bon appétit !

 

Depuis 15 ans

En ce beau dimanche de fin d’automne quelque peu frisquet, j’avais envie de vous parler de quelqu’un de très important dans ma vie. Ça fait 15 ans que je l’ai rencontré. On a eu des hauts et des bas, comme tout le monde je pense. On a une panoplie d’histoires cocasses l’une sur l’autre et aussi quelques rancunes bénignes.

Quand j’ai rencontré cette personne pour la première fois, j’étais très jeune. J’avais presque quatre ans et je suis tout de suite tombée en amour. Bon, ma mère vous dirait que ce n’est pas vrai, qu’au début j’étais plutôt jalouse. Par contre, sous cette jalousie d’enfant unique, se cachait un amour inconditionnel. Et puis, j’ai grandi. Elle aussi d’ailleurs. On a fait des spectacles ensemble, on se déguisait et on s’amusait. Je suis chanceuse d’avoir eu la chance de rencontrer cette personne et d’avoir évoluée avec elle jamais trop loin.

Un jour j’ai eu l’âge de garder des enfants. Pauvre elle, je n’étais pas toujours facile avec elle. Je me donnais bien de l’importance avec mon cours de gardienne avertie. Encore une fois, malgré mon allure rigide, je l’aimais encore d’un amour inconditionnel. Puis un jour, bon, ce n’était plus amusant de la faire fâcher, j’étais passé à autre chose. Là, ce que je voulais, c’était lui faire des câlins. Ben, pas elle. Oh non, n’importe quoi, mais pas ça (ah et pas de becs aussi, pas même la toucher). Je lui disais qu’elle était belle, elle me disait de la laisser tranquille. Oh, ce temps-là, je m’ennuie de pouvoir la taquiner tous les jours.

On en est arrivées au point où on avait à faire des choix de vie. Elle est partit à l’extérieur. C’est à partir de ce moment-là qu’on prends conscience qu’on ne dit jamais assez je t’aime, et qu’on prend souvent trop tout pour acquis. Depuis que je ne la vois plus tous les jours, je l’aime encore plus, ou du moins, j’en ai encore plus conscience. Quand je la vois, je suis juste heureuse.

Si vous n’aviez pas compris, je parle de ma petite sœur ici. Laurence, elle est formidable. Adolescente, mais formidable. Tout d’abord, elle est ma sœur et déjà à cause de ça, elle a une place spéciale dans mon cœur. Mais en plus, elle est intelligente. Elle a de la répartie et croyez-moi qu’elle sait donner la réplique. Tout ce qu’elle entreprend, elle le réussit. Si elle veut faire du Penny, elle réussit. Une chose dans laquelle elle réussit plutôt bien. Bon en fait, je devrais dire qu’elle est juste époustouflante. En fait, ma sœur, elle est une sportive. Son sport c’est le soccer. Elle est juste excellente. C’est une machine. Elle peut faire n’importe quoi avec un ballon. Bref, ce n’est pas pour rien que même les parents des autres équipes viennent la féliciter.

Ma sœur, je ne le dirai jamais assez, elle est formidable. Je l’aime d’un amour inconditionnel et ce, depuis le jour où elle est née. Je le sais que cet article la gênera, mais elle le mérite amplement, ma petite sœur.

Laurence, j’espère que tu le sais que je suis fière de toi et qu’être ta sœur est un privilège. Je t’aime et je pense à toi bien plus que tu le penses.

Sur ce,
Je vous souhaite d’aimer vos sœurs et vos frères aussi fort que j’aime la mienne.

DSC_0144