Littérature et bonne nourriture

Bonjour chers lecteurs et chères lectrices,

Si vous avez passé une aussi belle fin de semaine que moi, vous êtes alors aussi crevée que moi, mais tout de même des plus heureuses. Pour ma part, ma fin de semaine a commencée jeudi, mais pas du genre, je reste dans mon salon tranquille. Non pas du tout, je dirais plus du genre, expérience incroyable qui commence. En effet, j’ai participé au Prix Littéraire des Collégiens. Un concours littéraire où 5 œuvres nous ont été soumises : Bondrée d’Andrée A. Michaud, La ballade d’Ali baba de Catherine Mavrikakis, Le feu de mon père de Michael Delisle, Fais pas cette tête de Jean-Paul Beaumier et L’Orangeraie de Larry Tremblay.  Nous avons donc lu ces cinq œuvres, puis chaque collège a voté pour déterminer qui serait les 3 livres favoris, et donc ceux qui seraient débattus lors de la grande délibérante ce dernier jeudi. Chaque cégep devait aussi nommer un représentant ou une représentante qui défendrait le favoris de son école lors de cette même délibérante. C’est dont 57 représentants qui étaient assis en ce beau jeudi à Québec au Manoir Victoria pour délibérer et déterminer qui gagnerait le prix, et j’étais de ceux-là.

11156873_10203918695984543_1469484585_n 11134270_10203918694544507_1186829176_n

La chambre d'hôtel au Manoir Victoria

La causerie avec Louis-José Houde

C’est ainsi que j’ai eu la chance de participer à une expérience inoubliable. Le tout a commencé par une causerie littéraire avec Louis-José Houde. Une heure d’échange sur la littérature, mais aussi sur le monde de l’humour. Ce grand humoriste nous a donc parlé de sa passion pour la lecture, une passion qui l’a amené à être le parrain d’honneur du Prix Littéraire des Collégiens 2015. Il nous a parlé de ce qui l’attire et de ce qu’il aime rencontrer dans un livre, mais aussi des œuvres qui l’ont marqué où celles qui sont accompagnés d’histoires cocasses. Lors de la causerie, l’animateur lui a demandé pourquoi Paul Auster était l’un de ses auteurs préférés et qu’est-ce qui le fascinait chez des auteurs comme Auster et il a répondu quelque chose qui m’a beaucoup plu : ‘’C’est toujours dure à dire, je pense que c’est pour ça qu’on est fasciné, c’est parce qu’on ne comprend pas trop ce que ça nous fait en fait.’’ Pour moi, Louis-José Houde a mis le doigt sur ce qui décrit pour moi une excellente lecture.  Nous le connaissons beaucoup pour son humour, mais Louis-José Houde a beaucoup plus a donné. Je suis très fière d’avoir eu la chance d’échanger avec cette merveilleuse personne. Photo à l’appui.

11103576_10203918695464530_592336856_n

Le tout fut suivi d’une discussion en sous-groupe sur les livres en liste. Les discussions étaient animées et surtout, des plus intéressantes. Puis le tout fût suivi d’un souper haut de gamme trois services : Potage à je ne sais quoi, mais je peux vous jurer que c’était des plus délicieux. Sauté de légumes et riz aux milles saveurs toutes les plus agréables les unes que les autres, suivi d’un gâteau à la carotte au coulis de framboise. Bref, du bonheur pour la langue (et le bedon!).

11134389_10203918694984518_1432777851_n11117364_10203918695144522_1315852640_n

La grande délibérante

Après le souper, un petit temps pour parler librement et c’était le temps de la grande délibérante. Tout le monde avait un droit de parole et pour pouvoir reparler, il fallait avoir 3 cartons rouges. Je vous avouerais que le prix c’est beaucoup joués entre L’Orangeraie et Le feu de mon père. Je ne crois pas qu’une personne qui penchait pour le premier ait changé pour le deuxième et vice versa. Mais les échanges amenaient des nouveaux points que je n’avais pas eu la chance de comprendre et de voir dans un livre ou l’autre. Ce fût des plus amusants, bien qu’il y ait quelques failles dans l’organisation. Finalement, nous en sommes arrivés au vote (je vous garde le résultat pour plus tard). J’aimerais souligner la présence du lycée de Strasbourg et donc de Sergiu Ionescu, un jeune homme de 16 ans qui m’a grandement impressionnée. En effet, il n’a que 16 ans, mais il a une tête sur les épaules. Mais échanges avec lui était toujours intelligents et il s’intéresse beaucoup à tout. Il parle politique et sait de quoi il parle. Il parle littérature et sait de quoi il parle. Il est critique, mais très ouvert d’esprit. Bref, je travaille avec des jeunes de cet âge depuis 2 étés et je sais reconnaître quelqu’un d’intelligent et de passionné. J’ai rencontré de belles personnes à ce merveilleux prix littéraires, des gens qui m’ont marquée et que je n’oublierai pas de sitôt.

Suite à la grande délibérante, nous nous sommes déplacés au bar du Manoir Victoria, afin d’annoncer la nouvelle aux enseignants. Puis les organisateurs ont contacté l’auteur gagnant ( je garde encore le suspense) et il est venu! En effet, l’auteur s’est déplacé et est venu nous voir suite à la délibération. Bon je vais vous le dire! Le livre gagnant est L’Orangeraie de Larry Tremblay. M. Tremblay est un homme incroyable. Il est resté jusqu’à tard avec nous pour parler de tout et de rien. Nous sommes trois qui sont restés avec lui autour d’un verre à parler littéraire. Je lui ai posé quelques questions et il m’a répondu avec toute l’amabilité d’un enseignant, car il a été enseignant.  Puis ce fût le temps du dodo pour moi. Une nuit courte, mais nécessaire pour la journée du lendemain. (À partir d’ici, mon appareil photo n’avait plus de batterie…=C )

11088738_10203918691464430_617456102_n

Remise du Prix et Salon du Livre

À 8hoo nous déjeunions à la salle à manger. Buffet chaud et viennoiseries nous attendaient. Un délice! Suite à ce déjeuner, nous avons participés à un café-littéraire sur les livres nous ayant marqués. C’était intéressant d’entendre les anecdotes et les histoires d’amours littéraires de jeunes de mon âge. Suite au café, il était temps de dîner. Je suis sortie avec Ariane, Patrick et les gens de Strasbourg pour aller chez Paillard, sur la rue St-Jean. Puis vînt le temps de la remise de prix au Salon du livre de Québec au Centre des congrès de Québec. Arrivée sur les lieux, soit 5 minutes avant le début, je me suis rappelé qu’il me fallait écrire un texte de présentation pour l’orangeraie, ce que j’avais bêtement oublié. Heureusement que j’ai la plume facile et que j’avais Ariane pour me donner quelques idées. Mais je suis quand même arrivée à un bon résultat. Le voici :

L’Orangeraie, une histoire touchante et percutante qui nous fait voyager, à la manière              d’un conte, dans un univers où la guerre, le bien et le mal se mélange, où les frontières entre la naïveté de l’enfance et les responsabilités de la vie adulte s’efface. C’est en voyageant que les personnages évoluent et chaque endroit est une nouvelle étape. L’Orangeraie est le titre d’un livre, mais aussi un signe d’espoir sur cette terre aride. L’Orangeraie un roman sur la guerre, mais un roman nécessaire.

Suite à la remise de prix, j’ai vagabondé dans le salon, à la recherche de perle littéraire. J’ai finalement acheté deux livres, dont le Christ Obèse de Larry Tremblay. J’ai tellement apprécié son écriture que je me devais de me procurer une autre œuvre de lui. Puis j’ai encore échangé avec lui. Sa générosité me laisse encore surprise. C’est le premier auteur qui prend vraiment le temps d’échanger avec moi, la simple lectrice et aspirante écrivaine. Il m’a donné quelques trucs et m’a surtout encouragé dans mon écriture. Un homme bon, ça se voit.

Un samedi cochon et rires

Je suis finalement retournée chez moi et j’ai dormi. Comme un bébé. Mais ma fin de semaine n’était pas terminée, car samedi soir, mon homme m’invitait. Nous sommes allés au Cochon Dingue où j’ai pu déguster un Fish & Chips et une trempette aux épinards PLUS que délicieuse. Le tout accompagné d’une queue de castor bananes et chocolat. Quelques minutes d’errance à la recherche du Théâtre Petit Champlain, que nous avons trouvé, pour assister au spectacle de Simon Leblanc. Sincèrement, je riais tellement que j’en avais mal partout. J’étais quelques fois tellement épuisée d’avoir ri que je ne pouvais plus rire, je souriais bêtement. Bref, un succès.

11117526_10203918690744412_1358651459_n11158188_10203918690624409_1838651231_n11139897_10203918684944267_511350551_n

Comme vous pouvez voir, ce fût un long article, mais une fin de semaine inoubliable. Merci à tous ceux qui en ont fait partie. Et à la semaine prochaine!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s