Romantisme et positivisme

Tout d’abord, j’aimerais vous remercier pour les merveilleux commentaires que vous m’avez laissés suite à mon dernier article. Que ce soit sur Facebook, ici-même ou de vive voix, vos mots d’encouragements ou encore de confirmation d’un sentiment semblable m’ont touchés. J’espère avoir réussi à toucher quelques personnes ou à ouvrir les yeux à d’autres. Bref, merci beaucoup à tous pour votre support et ce, peu importe l’article.

Cette semaine, j’ai envie de vous parler de moi un peu. C’est probablement dû à la Saint-Valentin, mais j’ai envie de vous transmettre quelques pensées et sentiments que j’ai face au romantisme, mais aussi au positivisme. Ce ne sera pas tant sur moi que sur ce que je pense de ces sujets.

Bien que je sois au courant que la fête de la Saint-Valentin est essentiellement commerciale, je ne la trouve pas pour autant inutile. Je pense que chaque jour devrais être la journée de l’amour, mais en même temps, si chaque jour devait être une soirée spéciale ou encore, l’achat de chocolat – bon, ça je ne m’en plaindrais pas du tout – et bien, ne serait-ce pas rendu banal? Je pense qu’il ait important de prendre un temps pour échanger des mots, des fleurs, des chocolats ou simplement de prendre un temps pour s’arrêter puis se dire que l’on s’aime. J’aime le fait que la Saint-Valentin permet aux couples de ralentir le rythme de la vie effrénée dans lequel nous évoluons chaque jour pour se dire je t’aime d’une façon spécial. J’aime le fait que ça pousse les gens à innover – ou pas – pour trouver une manière d’être originaux. Je suis comme ça, j’aime que l’on me dise des mots doux, qu’on m’écrit une lettre, qu’on m’achète une rose ou un petit chocolat. Je suis une romantique, une romantique jusqu’à la moelle. Heureusement, mon partenaire de vie l’est, car sinon, j’imagine que j’en serais triste. Je suis une romantique qui rêve. Une rêveuse qui voyage dans mes millions de scénarios tous plus fous les uns que les autres. Dès que j’écoute un film, une série, que je lis un livre, pendant quelques jours j’en suis imprégnée et je voudrais vivre leur histoire. Je voudrais être Beckett dans Castle. Je voudrais avoir le penthouse de Mr.Grey, mais pas la playroom par contre, juste le penthouse… et l’hélicoptère. J’aime l’amour et j’aime l’idée de l’amour. Je ne pense pas qu’on puisse vivre sans. Je ne pense pas qu’il y ait un but à la vie si elle n’est pas partagée avec des gens que l’on aime : notre famille, notre conjoint ou conjointe, nos enfants, nos amis et amies. Je pense aussi que tout est question de positivisme dans la vie.

Depuis quelques temps, je me rends compte que mes collègues étudiants sont… pour le moins chialeur. Ah, elle nous donne trop de devoirs. Oh, j’aime pas la prof. Ah j’aime pas les profs. Bref, il y a toujours quelque chose qu’ils n’aiment pas en sortant des cours et laissez-moi vous dire, ça me purge. J’aimerais qu’ils essaient de faire comme moi. Je n’ai pas la réponse absolue, mais au moins, j’essaie de voir le positif dans tout ce qu’il y a. Je n’ai pas toujours été comme ça, car avant j’étais la première à me plaindre de tout et de rien. Puis après un certain temps, j’ai été tannée de toujours être négative. C’est cliché, mais ça changer ma vie. Tout d’abord parce que j’ai maintenant du plaisir dans presque tout ce que je fais, parce que je ne vois plus le côté désagréable de ce que je fais, mais plutôt le côté agréable. Je fais toujours mes devoirs à temps, parce que j’ai du plaisir à les faire. Je parle avec les profs et découvre toujours, même derrière ceux qui créer un gouffre entre nous et eux, un humain intéressant qui a beaucoup a partagé. Parce que je crois fermement qu’une personne ne se définit pas par ce qu’il fait nécessairement. Derrière chaque emploi, il y a un homme ou une femme et elle est plus que son emploi. Elle est plus qu’une enseignante, elle est une mère et elle aime le tricot. Il est plus qu’un policier, il adore faire de la bière, se passionne pour sa famille et est aimé de tous ceux qui le côtoient. Nous sommes tous plus que ce qu’on laisse paraître et surtout, personne n’a réellement un cœur de pierre. Alors vos mots, vos plaintes, feront toujours leur chemin jusqu’à la personne et pourront blesser. C’est l’une des principales raisons pourquoi je tente de toujours être positif, parce que ce que je dis, ce que je pense, se reflète sur les autres et je n’ai pas envie d’être celle qui blesse, mais bien celle qui aime. Je pense que je devrais devenir bouddhiste ?

Quel est votre opinion sur la romance et le positivisme ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s