Équateur 2014 : Dernière réunion de groupe

12 juin

Ce matin, j’ai monté dans la montagne avec Gabriella. Elle m’a dit 30 minutes, mais le tout a duré 1h30. Arrivées en haut, nous (elle)avons trait les deux vaches, cueilli du choclo et tout rapporter en bas, cette fois en 45 minutes. Bref, je suis EXTRA fatiguée. J’ai les jambes mortes et j’ai mal à la tête. On a mangé chez sa mère (riz, patates et thon) et ils mangeaient des pattes de poules… ça, ça me dégoute par contre. Ma douche, je vous avouerais, fût merveilleuse.

Je dois quand même avouer que les douches chaudes, vraiment chaudes me manquent. J’ai tellement hâte de prendre une douche de une demi-heure, chaude avec plein de pression. Par contre, j’ai moyen hâte de recommencer à me soucier de mon habillement. Parce que ici, ma mère grincerait des dents. J’aime être bien habillée, mais mon petit côté hippie aime être habillé confortable.

Ce soir, c’est aussi la dernière réunion de groupe. On va faire un retour sur le voyage. Pour ma part, ce fût merveilleux. J’ai adoré le groupe. Xavier, notre accompagnateur, il se donne à 100%, même plus. Ce qu’il fait, ça le passionne! Et je pense pas qu’il aurait eu mieux comme accompagnateur.

En résumé, la réunion a été… intense. On a parlé de bien des choses et ce fût… intense. Je n’ai pas d’autres mots. On a parlé du groupe. On m’a reproché d’être trop intense, de prendre trop de place et d’être trop ‘’maman’’. Beaucoup de personnes m’ont dit que c’est seulement une ou deux personnes qui pensent cela, pas tout le groupe. Par contre, ça me fait quelque chose, parce que j’ai tellement fait d’efforts pour ne pas faire ça, ou au moins, le faire sainement. Je ne sais pas, ça me fâche un peu aussi.

Je me suis reposée en écoutant la télévision avec la famille. Et quelqu’un est venu me porter une lettre pour s’excuser de ses reproches. Je comprends son point, mais je suis blessée et j’ai besoin d’un peu de temps. J’ai été sec envers une ou deux personnes. Probablement parce qu’ils attaquaient mes ami(e)s et que ça, c’est juste inconcevable pour moi. Je deviens maline quand on touche à ceux que j’aime. Quand on m’a dit que je tapais sur les nerfs du monde, littéralement, ça m’a fait pleurer, car je suis quelqu’un qui désire faire le bien, pas le mal. Même si je suis consciente qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, surtout avec ma personnalité.

Oublions ces problèmes, j’en ai un autre plus important encore : on part dans deux jours de la communauté. EUH QUOI ! Je n’ai tellement pas envie de partir. Le petit Sayri et moi, on est devenu des amis inséparables. Ils vont tellement me manquer, je vais tellement leur écrire.

C’est surement la plus belle expérience de ma vie.

En fait, c’est la plus belle expérience de ma vie!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s